Les grandes lignes du projet ont été présentées aujourd’hui à Sion. Davantage de juristes et de curateurs professionnels devraient être intégrés au sein des APEA.

Par ailleurs, le nombre d’offices devrait diminuer drastiquement, en passant de 23 à 9 au maximum, afin de garantir une qualité de services équitable entre les régions. Le canton va mandater une étude sur les coûts potentiels d’une telle réforme pour les communes. Les modifications légales seront ensuite mises en consultation.