Dans un communiqué diffusé ce vendredi, l’APV s’insurge contre cette décision, mais aussi contre les méthodes du président Christian Constantin.

Ce dernier aurait souhaité avoir une page gratuite dans le Nouvelliste en échange d’un rétablissement des relations commerciales et rédactionnelles entre les deux entités. Un chantage inadmissible selon la faîtière des journalistes valaisans.