Si le réchauffement climatique se poursuit de manière effrénée, le glacier d’Altesch aura disparu en 2’100.

Dans le meilleur cas de figure, son volume ne représentera que 40% de sa masse actuelle. Une étude de l’EPF Zurich, publiée aujourd’hui dans la revue scientifique « Journal of Glaciology » le révèle.

Les chercheurs Guillaume Jouvet et Matthias Huss ont développé un modèle informatique tridimensionnel du plus grand glacier alpin. Des animations graphiques permettent de se rendre compte de la fonte selon les différents scénarios régionaux d’évolution climatique.