Celle-ci réduit de 5% les douze premiers salaires des enseignants après leur engagement.

Le Conseil d’Etat rappelle que le Canton, surtout le Haut-Valais, fait face à une pénurie d’enseignants. Selon Christophe Darbellay, conseiller d’Etat chargé de la formation, cette « classe d’attente » participe au manque d’attrait pour la profession, mais que sa seule suppression ne résoudra pas tout.