L'Association générale des étudiants de l'EPFL ne veut pas entendre parler de quotas d'étrangers dans leur établissement. Elle y voit une "solution à court terme à la fois inefficace et néfaste".

L'association a réagi ce jeudi à une interpellation UDC au Grand Conseil, visant à limiter le nombre d'étudiants étrangers. Elle souligne que 67% d'entre eux restent travailler en Suisse répondant à un besoin réel et urgent de spécialistes tout en créant de la richesse pour le pays.