Tout travail mérite salaire. Partant de ce constat, les députés vaudois tiennent à être dédommagés pour les quatre séances à rallonge prévues entre février et avril.

Ils ont largement refusé aujourd’hui la résolution d’un élu PLR, qui proposait de comptabiliser ces journées comme des séances ordinaires. L’objectif était de faire des économies et d’encourager les députés à limiter le nombre de textes qu’ils déposent.

Rappelons que ces « heures supplémentaires » sont nécessaires au vu de l’abondance d’objets proposés par les parlementaires.